Las Entretiens de Fuerteventura Magazine
Domingo Curbelo Morales – Conseiller pour l'Énergie, les Transports, la Jeunesse, l'Habitat, la Présidence et les Relations avec la presse de l'Ayuntamiento de Puerto del Rosario
août 2022

Domingo Curbelo Morales – Conseiller pour l'Énergie, les Transports, la Jeunesse, l'Habitat, la Présidence et les Relations avec la presse de l'Ayuntamiento de Puerto del Rosario

“Notre plus grand défi est de créer l'Institut municipal pour l'occupation du sol et l'habitat”

Nous avons rencontré le Conseiller pour l'Énergie, les Transports, la Jeunesse, l'Habitat, la Présidence et les Relations avec la presse de l'Ayuntamiento de Puerto del Rosario, Domingo Curbelo Morales. C'est la première fois que nous le rencontrons et nous souhaitons en savoir plus sur sa carrière jusqu'à ce qu'il entre en politique.

Il s'agit de votre première législature, racontez-nous votre parcours avant d'occuper ce poste public.

J'ai travaillé à l'aéroport pendant 12 ans, jusqu'à ce que je décide de changer de cap. Je suis affilié au PSOE depuis sept ans, et j'ai toujours eu envie de servir la population dans un poste public ou administratif. J'ai commencé à travailler à l'Ayuntamiento de Puerto del Rosario en tant qu’assistant auprès du maire, en août 2020, et ensuite, suite à deux démissions de conseillers pour des raisons personnelles, et étant le numéro 7 sur les listes, on m'a offert de prendre en charge ces secteurs, en plus de mon poste auprès du maire. C'est ainsi que j'ai commencé mon étape en tant que conseiller municipal.

Et bien que vous connaissiez déjà l'administration, comment vous semble la réalité du travail des conseils dont vous vous occupez?

En vérité, cela me plaît beaucoup, je suis fier de pouvoir faire quelque chose pour les autres. Nous savons que l'administration a ses délais, et rien ne va aussi vite qu'on le souhaiterait, on ne peut pas arbitrairement utiliser de l'argent public, sans les procédures et les demandes pertinentes. Il faut chercher les moyens pour réussir à réaliser ce qui est nécessaire, je ne me contente jamais d'un «non».

Et que souhaiteriez-vous accomplir avant la fin de la législature dans vos secteurs?

C'est une période difficile, parce qu’il ne reste que peu de temps, et quand nous commencerons la campagne, il en restera encore moins. Cependant, j'essaye de faire avancer tous les projets qui sont en cours ou presque terminés pour qu'il en reste le moins possible en suspens. Concernant les transports, nous avons créé une étude socio-économique pour que les neuf licences de taxi que nous avons reçues, puissent s'étendre et qu'elles soient toutes pour des véhicules adaptés. Nous avons aussi créé une table des transports, qui n'existait pas et qui est dans les mains du service juridique pour que nous puissions la présenter en séance plénière, en septembre, au plus tard. Concernant la Jeunesse, nous avons aidé quelques associations de voisinages, avec des aides financières, bien que ce ne soient pas de grosses sommes. Nous avons relancé le Festival Lebrancho Rock, qui existe depuis presque 20 ans, mais qui avait perdu un peu de son essence Heavy Rock. De plus, après trois ans sans pouvoir l'organiser, ce fut difficile, mais nous avons réussi à créer un spectacle de qualité légendaire dans la culture rock. Nous avons reçu de bonnes critiques et nous sommes contents de l'avoir relancé. Le premier tournoi de jeux vidéo «Electronic-sports» dans le centre polyvalent d'El Charco, en juillet, fut un véritable succès également. De plus, nous présentons le Plan Stratégique de la Jeunesse que j'ai repris de l'ancienne conseillère pour le mener à bien, parce que je crois qu'une fois que quelque chose a été présenté, il faut l'exécuter.

Que pouvez-vous nous dire à propos d'un secteur aussi important que celui de l'Habitat?

Cela fait plus de 20 ans que l'Ayuntamiento de Puerto del Rosario n'avait pas fait l'acquisition de logements terminés, et avec ce qui restait des budgets de 2021, 750 000€ ont été investis pour l'achat de huit logements qui peuvent résoudre temporairement une situation très grave pour certains cas d'expulsion. Nous souhaitons éviter que les terribles cas dont nous avons fait l'expérience se répètent, qui peuvent être résolus temporairement et pour que la population sache qu'ils peuvent bénéficier de l'aide de l'ayuntamiento. Un autre de nos défis est de créer l'Institut municipal pour l'occupation du sol et l'habitat. La loi concernant l’Habitat date de 2004 et peut-être que la Covid a apporté quelque chose de bon parmi tant de mal. Depuis 2020, le Gouvernement des Canaries a entrepris une modification de ce décret, pour que les ayuntamientos locaux, au moyen des institutions, puissent servir de lien direct avec le Gouvernement des Canaries, et c'est pourquoi nous allons créer cet Institut pour l'occupation du sol et l'habitat. Nous avons également profité de cette conjoncture, avec le Conseiller Chano Franquis, pour accélérer la construction de 80 logements sociaux, dont nous avons tellement besoin. Il y en aura 58 dans la rue Don Quijote et le reste à El Matorral. Les contrats sont déjà mis en place et nous pensons que la construction débutera lors du dernier trimestre.

Avez-vous autre chose à ajouter?

Concernant le secteur de l'énergie, nous continuons à distribuer des aides pour l'énergie photovoltaïque, aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises. Des 50 000 € que nous avons, la majeure partie va aux particuliers, car ce sont eux qui ont présenté le plus de projets, mais les dossiers peuvent encore être présentés jusqu'au 15 septembre. J'occupe toujours mon poste auprès du maire, comme un paratonnerre qui reçoit la pression de tous les secteurs et des situations qui ont lieu quotidiennement.

nous aimons