Las Entretiens de Fuerteventura Magazine
Image
Mars 2020 2.00

Moisés Jorge – Directeur du Conseil Régional du Tourisme de Fuerteventura

« Il faut souligner que le tourisme est l'unique moteur économique de l'ile »

Nous sommes dans le bureau de Moisés Jorge qui, une fois de plus, nous a trouvé un moment dans son agenda très serré pour nous résumer les résultats touristiques de l'année 2019 et comment il prévoit 2020.

Quel est le bilan de l'année passée au niveau touristique ?

En 2019, à cause de diverses circonstances, ce fut une mauvaise année d'un niveau économique et touristique. Plusieurs circonstances ont eu lieu en même temps, il a eu principalement une récession en Allemagne et l'effondrement successif de plusieurs compagnies aériennes dans ce pays. Nous avons donc perdu un nombre élevé de touristes du marché allemand, ce qui était inattendu. En même temps, l'été fut très chaud, ce qui a démotivé les Allemands à se déplacer vers une destination de soleil et de plage. Ensuite, l'effondrement de Thomas Cook a affecté le marché britannique, avec qui nous avions neuf vols hebdomadaires. Heureusement, d'autres opérateurs britanniques ont réagi rapidement et tout est redevenu normal. Nous craignions le pire concernant une filiale de Condor, qui a 19 vols hebdomadaires vers Fuerteventura, mais heureusement cette compagnie aérienne a survécu. Elle a été rachetée par une compagnie polonaise et continue à opérer normalement vers Fuerteventura. Il y a eu aussi le blocage international concernant le modèle d'avion Boeing 737 Max qui ne pouvait pas voler.

Depuis votre visite à FITUR, pouvez-vous nous parler des accords positifs et négatifs qui vont affecter le tourisme de l'ile pour la nouvelle saison ?

Nous avons commencé à recevoir des notifications des diverses compagnies aériennes, tour-opérateurs et programmes, nous avons même comparé ces informations avec AENA et nous avons vérifié si elles étaient correctes. Nous avons profité de FITUR pour rencontrer personnellement tous les représentants des marchés émetteurs : un total de 33 rendez-vous, desquels nous sommes satisfaits. En effet, les résultats indiquent que la prochaine saison d'été-hiver 2020-2021 sera positive. Sur le marché international, nous sommes la seule ile des Canaries qui connaitra une croissance du marché allemand, environ 30 %, ce qui représente environ 115.000 places d'avions de plus. L'opérateur FTI va remettre un vol charter journalier depuis l'Allemagne vers Fuerteventura avec une compagnie aérienne qu'ils ont achetée à cet effet. Sur le marché national, nous allons connaître une croissance de 7 ou 8 % de plus. Par exemple, Iberia aura un vol de plus depuis Madrid chaque jour et d'autres connexions depuis Séville, Bilbao et Barcelone avec Vueling, les vols depuis Malaga et Santiago de Compostelle restent inchangés.

Des coïncidences négatives imprévisibles se sont accumulées et ont résulté en une mauvaise année 2019, mais il semble que le vent ait tourné en notre faveur pour cette année.

Nous sommes heureux de voir qu'en moins de cinq mois, nous avons transformé une situation négative en positive. Lors d'une réunion au Cabildo avec les ayuntamientos pour analyser la crise du secteur, une des premières mesures fut pour cet exercice 2020 de doter un million d'euros de plus pour la promotion touristique. Avec les instructions du président Blas Acosta pour pouvoir négocier avec les tours-opérateurs et les compagnies aériennes afin de renforcer la connectivité aérienne vers l'ile. Déjà, en décembre, je suis allé à Hanovre au siège de TUI où j'ai rencontré les directeurs de cette compagnie aérienne pendant six heures pour traiter du thème de Fuerteventura. Ils m'ont exposé les différences qu'il y avait avec les destinations concurrentes de Fuerteventura qui étaient la Turquie, la Grèce et l’Égypte. Le type de touriste est en train de changer et à court terme, le client va demander plus de choses de sa destination et nous devons commencer à travailler sur ce point dès maintenant.

Pouvez-vous nous donner un exemple ?

Aider les petites entreprises ou zones touristiques à proposer des expériences aux visiteurs en parallèle à ce qu'offrent les hôtels, résidences, etc. Ce qui va nous différencier de la concurrence c'est de pouvoir proposer ces expériences de divertissements avec un haut niveau de qualité, pour satisfaire cette demande. TUI nous a dit que si Fuerteventura faisait le nécessaire correctement, il n'y aurait pas de problème pour maintenir le nombre de places, car c'est une ile consolidée dans cette entreprise. Le problème de l'ile n'est pas son obsolescence, mais un besoin de renouveau pour continuer à être compétitive au niveau touristique. Cette compagnie est celle qui propose le plus de places depuis l'Allemagne pour l'été prochain, c'est pourquoi nous sommes l'ile numéro un pour le tourisme allemand. Les places sont déjà disponibles et il faut les vendre. Nous devons travailler pour que cette destination soit demandée, pour ses offres de divertissement, ses attractions, ses ressources naturelles et touristiques et comme je l'ai toujours dit, il n'y a pas de formule magique, c'est une question de travail bien fait. Nous voulons que les conseils de tourisme de chaque municipalité soient plus présents et dédient un plus gros budget pour qu'ils organisent plus que quelques célébrations et brochures. Ces conseils devraient avoir un gros poids économique dans chaque ayuntamiento pour que les zones touristiques soient parfaites. Il faut souligner que le tourisme est l'unique moteur économique de l'ile. Il n'y a pas d'alternative à cette économie et on ne prend pas soin du tourisme comme on le devrait.

 

nous aimons