Las Entretiens de Fuerteventura Magazine
Image
2.00

Antonio González –Chef du Restaurant Los Zagales, à Valladolid

J'ai vu des tapas sur l'ile qui n'ont rien à envier à celles de Valladolid

La formation dirigée en janvier par le chef du Restaurant Los Zagales a marqué le départ de la Ruta de las Tapas de Fuerteventura. Connu comme Toño, il a étudié en Suisse et a travaillé avec des cuisiniers prestigieux comme Tomás Herranz, Luis Irizar, Pedro Lurumbe ou Ferrán Adriá. Actuellement, il dirige avec son frère sept établissements de différents styles de cuisine.

Qu'a représenté l'engagement de Valladolid pour des concours de tapas et pinchos ?

Pour la ville, s'engager pour des événements de ce type a créé un changement total et absolu dans l'offre gastronomique. Grâce à cela, les établissements ont changé leur façon de penser et même les clients sont différents. Avant, nous n'avions que de la clientèle locale et maintenant nous avons un tourisme gastronomique qui est de plus en plus solide.

Qu'est-ce qui a changé après avoir gagné le Concours National des tapas et Pinchos en 2010 ?

Le changement fut radical. Avant de gagner nous avions deux personnes en cuisine au bar et deux serveurs, trois le week-end. Maintenant, nous avons six personnes en cuisine au bar et les samedis, avec les serveurs, il y a 14 personnes. Dans le Restaurant Los Zagales, nous vendons environ 35.000 tapas à l'année, dont le Tigretostón ; gagnant du Concours National. .

Quelles caractéristiques doit avoir une bonne tapa ?

Selon moi, elle doit être élaborée avec de la bonne matière première et elle doit être mangée en une ou deux bouchées, c’est-à-dire, de petite taille. C'est très important qu'elle transmette des sensations et qu'elle attire l'attention, que ce soit par son nom, son arôme ou sa présentation. Fuerteventura a débuté sa 2ème édition de la Ruta de las Tapas. Pensez-vous qu'ils font du bon travail ? J'ai vu des photos de certaines tapas et je pense qu'elles n'ont rien à envier à celles qui sont servies à Valladolid, je pense que c'est une question de temps.

Quelle sensation gardez-vous de la formation que vous avez animée sur l'ile ?

Très positive, je pense que les personnes étaient très réceptives et qu'elles on comprit parfaitement ce qui se fait à Valladolid, qui n'est ni mieux ni pire que dans d'autres endroits, nous avons simplement montré ce qu'on fait.

Quels conseils pourriez-vous donner pour améliorer le niveau ?

Je pense que pour améliorer la restauration sur l'ile, comme dans d'autres villes, il est important d'aimer ce qu'on fait, de faire attention à la matière première. À Fuerteventura, ils ont de très bons produits comme le fromage, l'huile, le poisson ou la viande de chèvre. De plus, on y mange assez bien, donc, rien à envier à d'autres.

Avez-vous quelques anecdotes du bar de Los Zagales ?

Il y en a plusieurs, une fois, l'Ambassadeur des États-Unis était au bar et il mangeait un Obama et il raconta à son chef sur WhatsApp qu'il était en train de manger une très bonne tapa qui portait son nom.

 

Précédentes Entretiens

Post

ENTREVISTA Antonio González -Chef du Restaurant Los Zagales, à Valladolid

La formation dirigée en janvier par le chef du Restaurant Los Zagales a marqué le départ de la Ruta de ...

Post

ENTREVISTA Guacimara González

Puisque nous sommes en plein dans la période des Carnavals, nous en avons profité pour qu'on nous [...]

Post

ENTREVISTAJosé Antonio González – Enseignant à l'école El Tostón d’El Cotillo

José Antonio González donne des cours de français à l'école El Tostón d'El Cotillo et aussi dans les écoles ...

nous aimons