Nouvelles locales Fuerteventura
Le Musée Archéologique de Fuerteventura participe au projet IsoCAN concernant la population aborigène des Canaries
août 2022

Le Musée Archéologique de Fuerteventura participe au projet IsoCAN concernant la population aborigène des Canaries

Le Musée Archéologique de Fuerteventura participe à un projet mené par l'Université de Las Palmas de Gran Canaria pour étudier la colonisation humaine des Canaries et l'origine de la population aborigène. Ce projet de recherche IsoCAN se base sur la technologie de dernière génération pour la recherche du génome humain et bénéficie également de la collaboration de l'Université de La Laguna (Tenerife) et de l'Université Linköping de Suède. Il s'agit de l'étude la plus poussée qui ait été effectuée concernant la population aborigène des Canaries. Les objectifs de l'initiative sont d'étudier la chronologie initiale des Canaries, l'origine géographique et la variabilité génétique des indigènes des Canaries, leurs animaux et plantes domestiques, ainsi que la procédure d'adaptation des premières populations aux différents écosystèmes insulaires. En même temps, une étude est faite de l'impact humain sur le paysage et la gestion des ressources naturelles. La méthodologie utilisée est l'étude des objets archéologiques présents dans les musées des Canaries, dont le Musée Archéologique de Fuerteventura. C'est pourquoi le docteur Miguel del Pino Curbelo, expert en récipients des anciennes populations des Canaries, s'est déplacé jusqu'à Fuerteventura. M Curbelo a effectué des prélèvements sur des céramiques des majos dont dispose le Musée Archéologique de Fuerteventura, ainsi que de leurs contenus, afin d'évaluer leur finalité et réaliser une analyse de l'argile des céramiques avec une étude chimique, minéralogique et pétrographique optique, parmi d'autres techniques. Par ailleurs, le chercheur Aaron Morqueño Izquierdo a analysé les restes osseux humains de 27 Aborigènes de Fuerteventura, en faisant les prélèvements nécessaires pour pouvoir les dater au Carbone 14, faire une analyse d'isotopes et des études ADN et d'hygiène bucco-dentaire. En plus de l'affectation chronologique des restes, l'étude a permis de découvrir quelle était l'alimentation des anciens majos en analysant les caries, l'usure des dents et leur santé orale. Cela permettra de découvrir plus amplement la base économique qui a aidé au développement de la culture des majos à Fuerteventura.

nous aimons