FMHOY - Fuerteventura

Ce que dit la légende

"Le cri de Ferinto"

La légende dit que sur l'ile d'El Hierro vivait un homme qui s'appelait Ferinto. Un bimbache qui était devenu le tourment du conquérant Jean de Béthencourt et de son armée depuis le moment qu'ils étaient arrivés sur les côtes de l'ile. Ils avaient accosté là-bas avec un bateau Français avec des troupes espagnoles qui devaient envahir ces terres et y prendre des esclaves.

Image

L'insaisissable Ferinto

Jusque-là, on vivait librement sur l'ile et ceux qui y habitaient étaient des éleveurs et des cultivateurs. Ferinto était un jeune homme serein qui profitait de la liberté que lui offrait son jeune âge. Mais la nouvelle de l'arrivée des Espagnols se propagea rapidement et rendu nerveux les habitants d'El Hierro. Ferinto ne tarda pas à devenir le fléau de l'armée de Jean de Béthencourt. Connaissant le terrain et étant très agile, il arriva à échapper aux étrangers lourds et lents qui devaient porter leur armure pendant qu'ils le pourchassaient. Ferinto, sachant qu'ils ne l'attraperaient jamais, vivait heureux et il était vu comme le Robin des Bois du village. .

Trahison

Ferinto était heureux et l'armée devenait plus nerveuse, puis quelqu'un de la tribu le trahit et dit à Jean de Béthencourt où il se cachait et comment ils pourraient l'attraper. Une troupe de 200 hommes se déplaça jusqu'à la caverne où se cachait Ferinto ; ils étaient forts et armés, dans le but d'en finir avec cet homme qui les empêchait d'accomplir leur conquête. Le jeune homme, alarmé par le bruit qu'il y avait dehors à cette heure matinale, se réveilla et décida de regarder à l'entrée de la caverne pour voir qui rôdait à l'extérieur. Horrifié, il vit les étrangers qui avançaient lentement, mais sûrement à sa recherche. Ferinto prit la décision de fuir et commença à courir jusqu'à ce qu'il arrive à un profond ravin, près de Velverde. Il chercha un point d'où sauter en sécurité. Cependant, les troupes se rapprochaient de plus en plus de lui.

Le saut du Guanche

Désespéré, il regarda le ciel, il vit les nuages et les oiseaux qui volaient en liberté et il prit la décision de sauter. Le premier saut fut un succès, Ferinto sautait de joie d'avoir pu atteindre l'autre côté du ravin. Cependant, un deuxième bataillon l'attendait à quelques mètres. Triste et désolé, le jeune homme savait qu'il ne pouvait échapper et allait mourir. Il sauta dans le vide. Pendant son saut, selon la légende, il cria tellement fort que sa voix se fit entendre dans toute l'ile. Ils savaient tous que Ferinto était mort, même sa mère qui s'exclama tristement : « Mon enfant a été vaincu ».

nous aimons