Espace Féministe
mai 2022

La violence sexuelle et la pornographie

La violence sexuelle et la pornographie

Dans la pornographie, on recherche de plus en plus de stimulation pour jouir. On a besoin de voir des choses plus dures, plus dégueulasses, et il n'y a pas de limites... parce que les contenus hardcores, on sait qu'ils sont là et qu’ils sont accessibles quand on veut. Ce n'est pas si différent que cela du viol, parce que violer, ce n'est pas seulement la pénétrer sans son consentement, c'est également prendre plaisir à voir sa douleur et sa peur qui témoignent de sa souffrance ; c'est ressentir encore plus de plaisir, plus sa souffrance augmente ; c'est rechercher les extrêmes de la souffrance pour que tu puisses bander. Ceux qui décident de mettre en pratique ce qu'ils ont vu dans des films pornos, à peu près tous, rêvent de telles rencontres, ils l'ont romancé et croient que ce sera le meilleur sexe qu'ils puissent avoir. Mais quand ils ont une relation sexuelle RÉELLE, avec une femme RÉELLE, rien ne se passe comme à l'écran. Ils se sentent perdus en essayant d'imiter le mâle qu'ils ont vu tant de fois et beaucoup perdent leurs moyens. Plus on regarde de pornographie, plus les problèmes d'érection sont probables. Le saviez-vous ? Et ils demandent à leurs partenaires sexuelles de recréer ce qu'ils ont vu. Mais ce n'est jamais assez, ils en veulent toujours plus, plus dégueulasse, plus dur, plus porno. Logiquement, tout cela est brouillé avec le vrai plaisir, celui qui t'excite quand tu vois que ta partenaire prend du plaisir, et plus elle profite, plus tu te sens bien. Aucune femme n'aurait l'idée de continuer à baiser si son partenaire souffrait à cause de ce qu'elle est en train de faire. Ni, un homme sain. Ensuite, il y a ceux qui vont encore plus loin et deviennent des agresseurs sexuels. Ils attaquent des inconnues ou des femmes de leur entourage, seuls ou en groupes, en imitant les scènes inracontables de viols qui existent dans les films pornos. Ils transforment alors en torture, ce qui devrait être du plaisir, défigurant le plaisir sain des hommes en sadisme contre les femmes.

Fayna Brenes Quevedo