NOUVELLES DE CULTURE ET SOCIÉTÉ
Tous les enfants sont bons
Mars 2020

Espace féministe

Femmes Féministes à Fuerteventura, sras.feministas.ftv@gmail.com

De quoi parlons-nous quand nous parlons des femmes non-conformistes…

Être reconnaissant à toutes les femmes qui ont lutté pour les droits de toutes, car bien qu'il reste encore beaucoup de raisons pour lesquelles on doit lutter, il a démontré qu'on peut le faire. Pour elles, qui sont nombreuses à avoir perdu la vie pour cette cause. Pendant l'Inquisition, enfreindre les normes de la société patriarcale suffisait pour qualifier une femme de sorcière et de la condamner au bucher. Mais c'est à la fin du XIXe siècle que commence la lutte organisée. Olympe de Gouges fut décapitée pour avoir affirmé que les droits de la femme étaient limités à cause de la tyrannie de l'homme. Il semble que la célèbre devise de la Révolution Française « Liberté, Égalité, Fraternité » était valable uniquement pour les hommes. Nous allons ensuite jusqu'au 8 mars 1911 quand eut lieu un incendie dévastateur dans une usine de New York à cause de très mauvaises conditions de travail et dans lequel 140 personnes perdirent la vie dont une majorité de femmes. C'est pourquoi le 8 mars fut déclaré Journée Internationale de la Femme en commémoration de cette tragédie. Nous continuons jusqu'à la lutte des partisanes du droit de vote pour les femmes. Emily Davidson perdit la vie en se jetant sous les sabots du cheval du Roi en protestation. Finalement, elles réussirent à obtenir le même âge du droit de vote entre les femmes et les hommes. Puis, le 25 novembre 1960, quand les sœurs Mirabal, trois activistes politiques, furent cruellement assassinées pour s'être révoltées contre la dictature de Trujillo. C'est pourquoi on fête la Journée Internationale contre la Violence à l'égard des femmes le 25 novembre. Et ce n'est pas une chose du passé, en 2016, Berta Cáceres fut assassinée et Karla Piota mourut lors d'un attentat, elles étaient toutes deux militantes pour la défense des droits de l'homme. Berta avait dit, Je sens que je dois continuer à lutter pour les générations futures, je ne me soumettrai pas ». C'est pourquoi nous défilons dans les rues le 8 mars pour réclamer ce qui est logique, la juste ÉGALITÉ, tant désirée.

Peña López – Femmes Féministes à Fuerteventura Fuerteventura

 

nous aimons